´
mouvement apparent
en l'absence de mouvement réel

Art kinogenique
un renouveau du Cinétisme
JFW prolonge l'Art cinétique selon 2 modalités :

1. la Kinogénie
• La Kinogénie(1) est le phénomène neuro-perceptif par lequel notre cerveau, dans certaines conditions, nous donne à percevoir du mouvement visuel là où rien ne bouge. Les œuvres présentées dans cette section mettent à profit cette capacité naturelle du cerveau à créer une réalité augmentée mouvante.

2. la figuro-narration
• Les œuvres kinogéniques de JFW incarnent un prolongement de l'Art Cinétique qui s'est affranchi du dogme de l'abstraction géométrique. Partisan d'un art narratif et figuratif, JFW met en œuvre des illusions de mouvement qui assurent toujours une fonction narrative. JFW rejette ainsi la gratuité de ce qu'il nomme "l'effet pour l'effet" qui rend l'art ludique mais le vide de sons sens. Une position perçue comme une hérésie par les cinétiques orthodoxes, mais l'orthodoxie a-t-elle sa place en Art?.
–> Ce thème polémique est développé plus avant dans le texte de JFW :
    Mes positions artistiques.

(1) Le terme de Kinogénie (et ses dérivés) est un néologisme de JFW. 
—> plus de précisions sur la page 
notions utiles.

Le mouvement perçu est illusoire
• Les œuvres kinogéniques de JFW ne comportent par essence ni écrans, ni pièces mobiles, ni images animées. Lorsque l'on y perçoit du mouvement, on sait d'avance qu'on est en face d'une illusion dont notre cerveau est le principal artisan. JFW fait en sorte que l'objet d'émerveillement ne soit plus l'œuvre originale mais notre propre cerveau à l'œuvre dans l'illusion.

nota : les effets de mouvement illusoire ne sont garantis qu'au format réel, face aux œuvres originales. La réduction de format et la visualisation sur écran d'ordinateur peuvent affaiblir ces effets voire les rendre totalement imperceptibles.


Lien entre Art et Science
• Les effets kinogéniques exploités par JFW sont issus pour la plupart du monde scientifique (neurophysiologie de la vision et psychologie expérimentale), employés dans les laboratoires pour stimuler la vision et comprendre le fonctionnement des processus perceptifs. Ces effets sont transcendés ici en œuvres d'art signifiantes, un travail qui constitue le prolongement direct de la thèse de doctorat de JFW.